Page d'accueil Modélisations France Un Sénateur estime les objectifs éoliens du Grenelle trop ambitieux

Flash info

L’Assemblée nationale installe une mission d’information sur l’énergie éolienne

En collaboration avec la Commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a mis en place une mission d’information sur l’énergie éolienne.

Lire la suite...
 
Le président du conseil général du Pas-de-Calais :
« Les éoliennes, ça suffit ! »

Dominique Dupilet, président du conseil général du Pas-de-Calais, demande un moratoire sur l'éolien industriel qui envahit son département.
Lire la suite...
 

Un Sénateur estime les objectifs éoliens du Grenelle trop ambitieux
Sénateur Poniatowski : "Mon sentiment est que le Grenelle a fixé un objectif trop important à l’éolien. Faire passer le parc français de 2.000 à 8.000 machines, nous n’y parviendrons pas, car les oppositions sur le terrain sont trop fortes"

Lire la suite...
 

Eolien : Des objectifs gouvernementaux illusoires
Un professionnel de l'éolien industriel avoue que le programme éolien du Grenelle n'a pas de sens et que le matériel nécessite de coûteuses maintenances.

Lire la suite...
 
Un Sénateur estime les objectifs éoliens du Grenelle trop ambitieux Imprimer Envoyer

Un Sénateur estime les objectifs éoliens du Grenelle trop ambitieux
Sénateur Poniatowski : "Mon sentiment est que le Grenelle a fixé un objectif trop important à l’éolien. Faire passer le parc français de 2.000 à 8.000 machines, nous n’y parviendrons pas, car les oppositions sur le terrain sont trop fortes"

 

ENERGIE2007  | 24.06.09


Ladislas Poniatowski, sénateur de l'Eure et président du Syndicat intercommunal de l'électricité et du gaz de l'Eure, organise un colloque au Sénat, demain, jeudi 25 juin, consacré aux énergies renouvelables: 23% en 2020, "objectif utopique ou réalisable?"

Dans un entretien accordé à Enerpresse, il estime que les objectifs fixés dans le cadre du Grenelle de l’environnement (26.000 MW d’hydraulique, 20.000 MW d’éolien terrestre, 6.000 MW d’éolien offshore, 15.000 MW de centrales à biomasse et 2.000 MW de solaire, à horizon 2020) "sont des objectifs très ambitieux (et qu') aujourd’hui, l’enjeu est de savoir si nous pouvons les atteindre. C’est la principale question que nous allons poser au cours de notre colloque". Le sénateur adopte une position plutôt restrictive: "Mon sentiment est que le Grenelle a fixé un objectif trop important à l’éolien. Faire passer le parc français de 2.000 à 8.000 machines, nous n’y parviendrons pas, car les oppositions sur le terrain sont trop fortes. Cela étant, on peut sans doute exploiter davantage le potentiel du photovoltaïque et du solaire thermique qui bénéficient, en outre, d’une meilleure acceptation du public que l’éolien. A condition, toutefois, de ne pas commettre certaines erreurs, comme d’installer trop de fermes photovoltaïques sur des terres agricoles cultivables".

Une pierre dans le jardin du Syndicat des éneries renouvelables dont le président, André Antolini a annoncé, ce mercredi 24 juin, que la France avait passé la barre des 4.000 MW de puissance installée du parc éolien, soit 20% de l'objectif assigné à 2020... "Nous avons aujourd'hui dépassé les 4.000 MW installés d'éolien (...) Cela veut dire que l'éolien dans le mix énergétique français est sorti de l'épaisseur du trait, de la confidentialité."

http://www.energie2007.fr/actualites/fiche/1828/